Guide de l’énergie

Ecrit par: / Publié le : 11 juillet 2018 (mis à jour le ) / Pas de commentaire
Classement des offres par ordre décroissant de clients, offres partenaires présentées en premier. En savoir plus.

Depuis 2007, le contexte français de fourniture de gaz et d’électricité traverse une grande évolution : le marché de l’énergie est désormais ouvert à la concurrence. Cette libéralisation s’est effectuée graduellement pour favoriser la transition des modèles de monopoles aux exigences européennes pour l’entrée de fournisseurs alternatifs. Ce petit guide de l’énergie vous donne toutes les clés pour comprendre le marché de l’énergie et ses enjeux.

Les sources d’énergie

Les sources d’énergie renouvelables

L’énergie renouvelable est cette énergie qui provient de sources naturelles pratiquement inépuisables. Ces sources sont dites inépuisables car ces énergies se régénèrent naturellement ou ne peuvent pas s’épuiser (comme le soleil ou le vent). L’énergie renouvelable peut être utilisée pour produire de l’électricité, mais elle peut aussi être utilisée dans d’autres applications, comme entre autres :

  • Panneaux solaires photovoltaïques ;
  • Énergie solaire thermique pour le chauffage ;
  • Chauffage de piscine par énergie solaire ;
  • Centres thermaux par énergie géothermique ;
  • Systèmes de chauffage utilisant des puits géothermiques ;
  • Parcs éoliens ;
  • Marais hydrauliques.

énergie renouvelable

Les énergies renouvelables sont  classées en fonction des ressources naturelles utilisées. Ainsi on retrouve quatre grandes catégories : l’énergie solaire, l’énergie éolienne, l’énergie hydraulique et l’énergie de biomasse.

  • L’énergie solaire : c’est l’énergie qui profite directement du rayonnement solaire. Bien que le Soleil n’ait pas une vie inépuisable, on estime que la vie du soleil a des millions d’années et donc à l’échelle humaine,  une source inépuisable et renouvelable.
  • Énergie éolienne : les systèmes d’énergie éolienne utilisent l’énergie cinétique contenue dans le vent pour produire de l’électricité à travers ce qu’on appelle des éoliennes.
  • L’énergie hydraulique : cette énergie est considérée comme une énergie renouvelable car le cycle de l’eau reste invariable et inépuisable. Comme dans l’énergie éolienne, le cycle de l’eau (et donc l’énergie hydraulique) dépend fortement de l’énergie solaire.
  • L’énergie de biomasse : il s’agit d’une source d’énergie renouvelable basée sur l’utilisation de matières organiques d’origine végétale ou animale, y compris les produits et sous-produits issus de sa transformation. Il peut s’agir de la collecte de matériaux énergétiques naturels très diverse (déchets forestiers, déchets agricoles ligneux et herbacés) ou de déchets de différents procédés industriels (cultures énergétiques,biogaz issus des déchets d’élevage ou déchets biodégradables des installations industrielles, du traitement des eaux usées urbaines ou de la mise en décharge, etc). La biomasse eput servir pour alimenter des chaudières.

Les sources d’énergie non-renouvelables

énergie non renouvelableD’une manière générale,  les énergies non renouvelables sont des sources d’énergie qui tendent à s’épuiser, qui peuvent devenir trop chères ou trop polluantes pour l’environnement. Il faut entre 60 et 300 millions d’années pour que ces sources d’énergie se régénèrent. 

  • Les énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) désignent les sources d’énergie que l’on produit à partir de roches formées par la fossilisation de végétaux enfouis, stockés dans des sous-sol durant plusieurs millions d’années. Elles sont présentes en quantités limitées et non renouvelables, et leur combustion génère la production de gaz à effet de serre.
  • Le pétrole (littéralement « huile de pierre »), est une roche liquide carbonée, ou huile minérale.
  • Le gaz naturel est un combustible fossile, il s’agit d’un mélange d’hydrocarbures trouvé naturellement sous forme gazeuse.

Les acteurs du marché de l’énergie

ouverture à la concurrenceLe marché du gaz s’est ouvert à la concurrence depuis 2007. Seuls les fournisseurs historiques (GDF-Suez et les entreprises locales de distribution, ELD) continuent de pouvoir proposer des
tarifs réglementés de vente (TRV) à leurs clients mais depuis cette ouverture, tous les fournisseurs (historiques et alternatifs) peuvent désormais proposer des contrats en offre de marché.

Il est important de comprendre les différents acteurs du marché de l’énergie, autant pour comprendre le rôle de chacun et surtout faciliter vos recherches en cas de problème ou de déménagement.

Les producteurs

La mission d’un producteur consiste à injecter de l’énergie dans le réseau français ou à créer des mini-réseaux autonomes sur le principe de l’autoconsommation (en produisant soi-même de l’électricité à l’aide d’énergie renouvelables pour pouvoir ensuite la consommer).

Les trois principaux producteurs d’électricité en France sont EDF, Engie (ex-GDF Suez) et E.On.

  1. EDF (Électricité de France) est le premier producteur d’électricité en France et dans le monde par les quantités d’électricité produites. Il exploite le premier parc de production nucléaire mondial. Créé au sortir de la Seconde Guerre mondiale, en 1946, son capital est détenu à 84,5% par l’État français.
  2. Engie (ex- GDF Suez) est le deuxième producteur d’électricité en France et dans le monde. Il est également le troisième plus grand groupe mondial dans le secteur de l’énergie (hors pétrole). Principalement spécialisé dans la production de gaz naturel étant le fournisseur historique de gaz, Engie exploite principalement des énergies renouvelables. En effet, près d’un quart du parc de production hydraulique qui représente près de 40% de sa production ; c’est 50% pour les énergies renouvelables.
  3. E.On est une entreprise née de la fusion des groupes allemands Veba et Viag en 2000. Cette société d’origine allemande s’est imposée sur le marché de l’énergie en France au moment de l’ouverture à la concurrence.

Les distributeurs

Les distributeurs sont des acteurs indispensables sur le marché de l’énergie. Ainsi, en tant que gestionnaire du réseau public d’électricité, Enedis (ex-ERDF), a la responsabilité d’assurer un accès au réseau et met en relation les différents acteurs du marché de l’énergie : les pouvoirs publics, la Commission de Régulation de l’énergie (CRE), les collectivités locales de distribution, les autorités concédantes et enfin les différents utilisateurs du réseau, c’est-à-dire les clients, les fournisseurs d’électricité et les producteurs. Enedis s’occupe par exemple du déploiement de Linky en ce moment, le compteur intelligent qui est beaucoup critiqué pour le danger qu’il pourrait représenté. Beaucoup de personnes veulent d’ailleurs refuser son installation.

Gaz Réseau Distribution France (GRDF) est une société française de distribution de gaz fondée le 1er janvier 2008. GRDF est le principal distributeur de gaz naturel en France et en Europe. C’est une filiale à 100 % de Engie. GRDF construit, exploite et entretient le réseau de distribution de gaz naturel et
promeut l’utilisation du gaz naturel et le développement du réseau et achemine le gaz naturel jusqu’aux clients pour plus de 30 fournisseurs de gaz.

En tant que distributeur, GRDF garantit la qualité et la continuité de l’énergie livréeaux clients, assure le dépannage de gaz, réalise des prestations techniques (la msie en service des compteurs de gaz, les coupures de gaz en cas de non-paiement, la maintenance des réseaux, la de relève des compteurs le raccordement des particuliers et entreprises au réseau de distribution du gaz naturel avant souscription chez un fournisseur d’énergie. Pour plus de détails sur les acteurs du marché de l’énergie, rendez-vous sur le guide de l’énergie du site gouvernemental ici.

Le saviez-vous ?

Il y a d’autres distributeurs d’électricité, appelées des ELD, comme Geredis , Gédia Dreux SEML, Gignac Energie ou encore Hunelec. Les distributeurs d’électricité ELD fournissent donc en électricité 5 % du territoire français. Aujourd’hui, les ELD, distributeurs d’électricité, desservent 2 500 communes françaises soit à peu près 3 millions d’habitants.

Les fournisseurs

Les fournisseurs d’énergie vendent « au détail », de l’énergie ( l’électricité ou le gaz ) aux consommateurs qu’ils ont achetés aux producteurs. Certains fournisseurs sont également producteurs. C’est avec un fournisseur que les futurs abonnés concluent leurs contrats de fourniture d’électricité et/ou de gaz naturel. C’est également le fournisseur qui facture l’énergie que les abonnés consomment. Il existe deux fournisseurs historiques, EDF fournisseur historique d’électricité et Engie, fournisseur historique de gaz qui étaient les deux monopoles avant l’ouverture du marché de l’énergie. Depuis plus de trente fournisseurs alternatifs ont fait leur apparition.

Comprendre sa facture d’électricité

Comprendre la tarification des contrats d’abonnements

Il y a plusieurs critères qui constituent la facture de gaz ou d’électricité : le prix de l’abonnement (la fourniture d’énergie), l’acheminement et les taxes.

  • Le prix de la fourniture couvre les coûts des achats d’énergie, de production dans certains cas et de gestion commerciale du fournisseur. C’est la Commission de Régulation de l’énergie (CRE) qui  contrôle les prix et leurs évolutions. La CRE peut décider d’une hausse exceptionnelle des tarifs réglementés comme par exemple la hausse de 0,7 % en février 2018 ;
  • La facturation de l’acheminement correspond à l’utilisation des réseaux qui permettent d’acheminer l’énergie chez le consommateur final. Cette part de la facture est indépendante du fournisseur qui la reverse intégralement aux gestionnaires de réseaux. ;
  • Les différentes taxes.

Il existe 4 taxes et contributions sur les factures d’électricité :

  1. La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA), représente environ 2% du montant de la facture totale et permet de financer les droits spécifiques relatifs à l’assurance vieillesse des personnels relevant du régime des industries électriques et gazières.
  2. La Contribution au Service Public d’Electricité (CSPE) permet notamment de financer les politiques de soutien aux énergies renouvelables. Son montant est calculé en fonction de la consommation d’énergie.
  3. Les Taxes sur la Consommation Finale d’Electricité (TCFE) sont définies par chaque commune et chaque département.
  4. La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) est de 5,5% sur le montant de l’abonnement ainsi que sur la CTA. Une TVA à 20% s’applique sur le montant de l’électricité consommée ainsi que sur la CSPE et sur les TCFE.

Les différents types de contrats d’énergie

Il existe trois types de contrats en France à considérer lors du choix des fournisseurs sur les comparateurs d’électricité :

Les offres aux tarifs réglementés 

  • Les tarifs réglementés de vente de l’énergie sont fixés par les pouvoirs publics. Seuls les fournisseurs historiques (EDF pour l’électricité et Engie pour le gaz) peuvent proposer des tarifs réglementés. Les tarifs de l’électricité évoluent une à deux fois par an, généralement au mois d’août.
  • Depuis le 1er janvier 2013, les tarifs réglementés du gaz peuvent évoluer tous les mois. L’évolution à la hausse ou à la baisse dépend de l’évolution des coûts d’approvisionnement de l’énergie.
  • C’est la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) qui propose une révision des tarifs réglementés. Si le gouvernement ne s’y oppose pas dans les trois mois suivant, le nouveau tarif est adopté.

Les offres de marché à prix indexés 

  • Les offres d’énergie de marché à prix indexés permettent aux consommateurs de faire des économies immédiates. Le prix est indexé aux tarifs réglementés et les fournisseurs garantissent une réduction par rapport aux tarifs réglementés. Le prix du kWh de l’offre à prix du marché à prix indexé est moins cher que les tarifs réglementés et le reste même lorsque les prix réglementés subissent une hausse de prix.
  • La variation du prix est garantie et le prix de l’offre reste moins cher même quand les prix évoluent. Les contrats d’électricité aux prix indexés peuvent s’avérer être une option judicieuse pour ceux qui ont la capacité d’anticiper ou de spéculer sur l’évolution du prix du kWh et les taxes imposées.

Les offres de marché à prix fixes 

  • Avec les offres de marché à prix fixes, le prix de l’abonnement est figé pendant une durée déterminée par contrat, généralement entre un et quatre ans selon le fournisseur. Pendant cette durée les prix du kWh et de l’abonnement (hors taxes) sont garantis. Les prix ne subissent pas l’augmentation des tarifs réglementés durant toute la durée du contrat.
  • Les offres à prix fixes ont l’avantage d’avoir un prix HT qui est figé pendant toute la durée du contrat. L’offre n’est pas forcément la moins onéreuse lors de la souscription au contrat mais elle le devient et est intéressante si les tarifs réglementés augmentent significativement après la signature du contrat car le prix ne pourra pas être revu à la hausse.

Bon à savoir

Les offres à prix indexés permettent de réaliser des économies importantes immédiates sur la facture d’électricité. Les offres à prix indexés permettent d’obtenir un pourcentage de réduction fixe par rapport aux tarifs réglementés en vigueur. Quelle que soit l’évolution des tarifs réglementés, l’abonné a l’assurance de payer X% moins cher que les offres aux tarifs réglementés dépendant des tarifs du fournisseur sélectionné.

Comment choisir une offre d’abonnement ?

Lors d’une comparaison de fournisseur de gaz ou d’électricité, il faut prendre en compte trois éléments pour savoir quelle offre correspond le mieux au foyer ou local concerné.

  1. Le prix du kWh : le prix du kWh (kilowattheure) est une unité de mesure indiquée sur toutes les offres d’énergie d’électricité ou de gaz.  C’est cette unité de mesure qui correspond à l’énergie consommée par l’abonné pendant une heure par tout équipement d’une puissance de 1000 watts, donc d’un kilowatt. Ce sont ces kWh qui vont être calculés pour estimer la facture d’électricité. Il est important de savoir que le gaz est calculé en mètres cubes puis converti en kWh pour faciliter la comparaison de prix entre différentes offres duo de gaz et d’électricité.
  2. La puissance du compteur : c’est la puissance du compteur qui détermine la quantité d’électricité que peut consommer l’abonné à un moment donné (à un instant t). Plus la puissance du compteur est élevée, plus le client consommera plus d’électricité et aura donc une facture élevée. À l’inverse, si le compteur n’a pas une puissance assez élevée, le système électrique a de fortes chances de disjoncter.
  3. Le prix de l’abonnement : pour les foyers alimentés principalement par l’électricité (cumulus pour l’eau sanitaire ou chauffage), il est conseillé d’opter pour l’abonnement dont le prix du kWh est le moins cher pour bénéficier d’une offre aux tarifs fixés par contrat. Ainsi, l’abonné pourra faire des réductions sur sa consommation d’énergie lorsqu’il utilisera ses gros électroménagers.